Quelle toiture pour une maison en ossature bois ?

Quelle toiture pour une maison en ossature bois ?

Les maisons en ossature de bois offrent l’avantage de la durée de vie. Pour optimiser celle-ci, il ne faut pas uniquement choisir de bons matériaux de construction. Il importe aussi d’assurer la qualité des parties essentielles comme le toit. La toiture joue entre autres un rôle essentiel pour l’isolation thermodynamique du logement. Avec les nombreuses solutions de revêtements, de couleurs, de pentes, quelle toiture faut-il mettre en place pour votre maison à ossature en bois ?

Différentes toitures pour une maison à ossature en bois

Les toitures de maison à ossature en bois peuvent être classées selon leur revêtement et leur forme.

Les types de revêtement de toiture

Pour construire une maison à ossature en bois, il est préférable d’utiliser des matériaux qui allient résistance, esthétisme et durabilité. En ce sens, vous avez plusieurs options.

  • Les tuiles : elles se déclinent en diverses couleurs. En béton ou en terre cuite, la tuile est une matière de bonne résistance ;
  • Le zinc : c’est une matière résistante qui peut être entièrement recyclée. Il a aussi l’avantage d’être léger.
  • L’ardoise : il s’agit d’un revêtement très convoité qui associe dureté et élégance ;
  • L’acier : le bac acier est une alternative à l’ardoise et à la tuile qu’il imite d’ailleurs. Disponible en plusieurs textures et coloris, il se montre à la fois solide et léger ;
  • Le feutre bitumé et le shingle : il s’agit de deux revêtements dont l’action vise à imperméabiliser la maison. Le feutre bitumé et le shingle sont des matériaux qui pariassent comme l’ardoise.

Il existe d’autres types de revêtements pour la couverture de maison à ossature en bois. Pour des solutions de toiture originales, le bois et l’aluminium sont également des matériaux à essayer.

La forme de la toiture (plate ou en pente)

La forme de toiture se choisit en fonction du style architectural de la maison, du climat environnant et des préférences esthétiques du propriétaire. Dans les régions enneigées, il vaut mieux éviter les toitures plates au risque de voir la neige s’accumuler sur le toit et altérer la charpente. Il est plutôt recommandé d’installer des toitures en pente.

Celles-ci peuvent disposer d’une seule pente (monopente) ou de deux à six pentes (multipans). L’avantage de ces dernières configurations réside dans l’espace supplémentaire créé sous la charpente. Dans le cas d’un toit plat, vous avez la possibilité d’aménager la toiture avec des végétaux par exemple.

Critères de choix d’une toiture

La toiture favorise l’étanchéité et l’isolation d’une maison pour qu’en période de pluie, celle-ci ne soit pas pénétrée par les eaux. Durant la construction d’une habitation, la pose du toit est une étape essentielle pour laquelle plusieurs critères sont à considérer.

L’emplacement géographique de la maison

Le climat influe sur le type de toiture à installer. En réalité, selon l’exposition de l’habitation aux intempéries et aux vents, il est recommandé un certain degré de pente pour le toit. C’est ainsi que dans les zones de montagnes, il existe des maisons en ossature de bois dont le toit possède une seule pente.

Aussi, la qualité de la toiture est un indicateur pour la déclivité de celle-ci. Par exemple, les tuiles en terre cuite sont adaptées à une toiture inclinée d’au moins 20 o alors qu’une pente de 5 à 20 o correspond à un toit en zinc.

Les normes de construction obligatoires et règles de calcul

La surface habitable totale d’une maison et le nombre de pans font augmenter les degrés d’une pente. En général, les couvreurs vous proposent deux modèles de toiture : un doté d’une pente minimale et l’autre avec une pente recommandée. La première toiture entre strictement dans les indications techniques imposées tandis que la seconde semble optimisée pour mieux convenir aux maisons en ossature de bois.

Néanmoins, le Plan Local d’Urbanisme peut ordonner les options de toiture pour l’habitation. Certaines normes sont à prendre en compte lors de la pose du toit. Il s’agit principalement des :

  • Normes DTU 60.11 pour les dimensions des canalisations ;
  • Normes DTU 40.5 pour l’évacuation des eaux pluviales ;
  • Normes NF P36-201 pour le tri des conduites verticales d’eau.
Vous avez aimé cet article ? Faites-le nous savoir !